The Complete Keys to Progress – Un bouquin par John McCallum

« The Complete Keys to Progress » (les Clés Complètes vers le Progrès, pour les gaulois, ce qui prouve d’ailleurs que ça sonne toujours mieux en anglais) est une compilation d’articles rédigés par John McCallum (le musclé, pas le politicien canadien…), dans le magazine « Strength & Health », un des revues de l’univers Hoffman, dans les années 60 & 70

En bref…

+ Très accessible pour les débutants (en muscu comme en anglais 😉 ) : le ton est familier, et pas de termes obscurs
+ Beaucoup de sujets différents
+ Une progression dans les sujets : les articles ont été publiés sur plusieurs années et étaient prévus pour accompagner & aider le lecteur sur toute la période avec des sujets & des routines de plus en plus avancées
+ Un ouvrage « classique » de la musculation. Comme Bill Starr, McCallum fait partie de ceux qui ont éduqué la première grosse génération de bodybuilders, haltérophiles, et autres musclés

… Et je n’ai pas vraiment trouvé de point négatif.
Certains diront que le bouquin n’est très « scientifique », n’offrant pas de chartes & de formules pour calculer précisément le délai entre deux entrainements ou la quantité de protéines à absorber par heure, ou de termes stupidement compliqués pour expliquer les exercices… Mais vu que la tendance actuelle est de chercher trop et de ne pas mettre assez d’efforts #vieuxcon, je vois ça comme un avantage.


Bref, je recommande chaudement !

C’est pour qui ?

Débutant souhaitant découvrir les bases de la musculation ?
Pratiquant confirmé voulant expérimenter quelque chose de nouveau ?
Passionné de l’histoire de la musculation et du bodybuilding cherchant à découvrir les méthodes & personnages de l’époque « classique »?
Ce livre s’adresse à toutes ces personnes, et à bien d’autres.
J’ai découvert le bouquin en ayant quelques années d’entrainement (avec des résultats moyens…) sous la ceinture, plutôt en mode « Force » et ça m’a servi d’introduction au côté bodybuilding de la musculation…

Est-ce que j’ai une chance de comprendre un truc ?

L’anglais est très accessible. Aucun terme scientifique ou technique, et quelques noms d’exercices qui se trouvent en 5 secondes sur Google
La plupart des articles sont écrits comme des conversations, généralement entre un jeune inexpérimenté et un entraineur vétéran, sur un ton léger & familier.
McCallum utilise aussi tout un casting récurrent:
– l’Oncle Harry, 50 ans, taillé comme une statue grecque, et qui apparait toujours entouré de filles foutues comme Raquel Welch ; bref, l’Homme que j’ai très envie de devenir un jour…
– Marvin, dont les grandes passions sont la bouffe, essayer de choper, et le moindre effort ; l’Homme auquel je ressemble probablement davantage…
– Oddie, le mec lambda, qui est là pour poser les questions

De quoi que ça parle ?

Sont rassemblés à l’intérieur des articles plutôt classiques, tel que:

  • Squat!, discutant de l’importance des …surprise, squats (dans un style particulier, « Breathing Squat », qui n’est plus très commun mais était TRES populaire à l’époque) pour un jeune haltérophile cherchant à gagner en masse et en force
  • The Definition Diet, décrivant un régime de type keto/carnivore pour perdre du poids rapidement avec le minimum de perte musculaire et sans s’affamer, qui prouve bien que rien n’est nouveau dans ces domaines…
  • Gain Weight to build your arms, un ensemble de 4 articles rappelant qu’il est illusoire de viser un tour de bras digne de Schwarzy en faisant 60 kilos tout mouillés, et offrant plusieurs programmes successifs pour y remédier
  • P.H.A for Definition, un programme type « circuit » avec des mouvements d’haltérophilie, pour fortifier son cœur et travailler son endurance plutôt que la force par rapport aux méthodes traditionnelles. ça rappelle méchamment les « Metcon » que l’on voit en CrossTraining…
  • Sleep, pour rappeler l’importance du sommeil et de la récupération en général

Mais aussi des articles aux sujets plus ésotériques, tels que:
Concentration, en 3 parties, détaillant plusieurs techniques pour améliorer se relaxer ou se concentrer (duh) pour améliorer ses performances
Public Relations, qui rappelle qu’être baraqué n’est pas une excuse pour ne pas conserver un minimum d’humilité en public, car le stéréotype du mec obnubilé par ses muscles qui se trimballe en T-shirt XS avec un flex 24/7 n’est pas sans raison, même si ça tombe dans la catégorie « problème que l’on aimerait avoir »
Smoking – It’s Time You Quit, qui ne mérite normalement pas d’explications. Allez, un indice: fumer est un idée à la con.

Les programmes sont souvent basés sur des mouvements lourds, incluant pratiquement toujours le Squat, des mouvements d’haltéro comme le Power Clean (cette vidéo prouve que la musique change tout) & des développés (Couché, debout, incliné). On y retrouve aussi pas mal de machines et de mouvements en isolation… La combinaison lourd/léger rappelle des choses
Il y a des originaux pour pimenter tout ça, comme son « High Set High Protein Program », qui utilise un format 5*6 + 10*8 sur plusieurs exercices jusqu’à 6 fois par semaine. Non, pas une faute de frappe.. J’ai expérimenté un peu sur cette idée pendant une période avec beaucoup de temps libre
Il y a de tout, souvent sur 3 ou 4j/semaine en attaquant tous les grands groupes musculaires à chaque séance mais aussi des programmes de spécialisation pour les grands groupes musculaires, avec 4 à 6 jours / semaine, souvent alternant entre le groupe spécialisé et de la maintenance sur le reste du corps.

Comme beaucoup de programmes de l’époque, les séances sont bien remplies, rarement moins de 4 ou 5 gros exercices avec 3 séries au moins, mais encore une fois, on y trouve de tout, et ça inclut des programmes spécialement conçus pour des personnes n’ayant pas la possibilité d’y passer 20h / semaine.

Le résultat est un système type « Powerbuilding« , pour de la force ET une apparence puissante, tendant vers Grimek or Maurice Jones. Que demander de plus ?

Bill Pearl, un autre athlète souvent évoqué par John comme un exemple de physique puissant et plaisant #nohomo

Concernant la nutrition, c’est avant tout du bon sens, mais il y rappelle beaucoup de choses utiles, comme l’importance d’une grande quantité de protéines et d’une alimentation riche & variée.

Au final, rien n’a changé 60 ans après.
Les idées que McCallum expose restent la base de tous les programmes de musculation modernes. D’ailleurs je croise régulièrement son nom dans les articles modernes, partie « inspirations »…
En bref:
– Mettre le maximum d’effort, quelque soit le programme, en cherchant la progression constamment
– Priorité sur les mouvements utilisant le plus de masse musculaire possible
– Récuperer en dormant et en mangeant copieusement, avec un maximum de protéines et un minimum de saloperies
De façon presque surprenante, je constate que mon progrès, en force comme en apparence, dépend des efforts que je mets sur ces 3 points, indépendamment de mon programme….

De façon encore plus surprenante* on retrouve exactement les mêmes conclusions en regardant des programmes beaucoup plus avancés utilisés par des athlètes de haut niveau

*Sarcasme.

Bref, est-ce que ça vaut le coup ?

Oui.

Je le rouvre très régulièrement, que ça soit pour consulter un article précis ou pour le plaisir.

Le plus grand intérêt de ce livre, c’est le nombre de sujets traités, avec assez d’informations pour comprendre & exploiter rapidement ce que l’on lit, mais sans noyer sous des montagnes de termes scientifiques ou de démonstrations étranges et pas spécialement utiles.

Distrayant, rempli de programmes efficaces et d’informations utiles sur de très nombreux sujets, c’est un classique indémodable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *